logo cultures elevage 4
bandeau cce
BLOC FIXE FICHE JULIEN DEGRY-1
BLOC FIXE FICHE JULIEN DEGRY-2

 

Dans le système initial (2015), seul le semis de maïs est défavorable à la levée des vulpins et ray-grass, soit une année sur cinq. Le risque en adventices est élevé*.

Le moyen de lutte principal est l’utilisation de produits phytosanitaires. Cela se traduit par un coût à l’hectare plus élevé que la référence régionale : 165€/ha, soit 56€/ha de plus que la référence**.

 

*Classe de risque de l’outil OdERA. Pour en savoir plus sur cet outil
**Référence Cas-Type Inosys, bovins lait Hauts-de-France 2015, CT7

Cible à atteindre
Stratégies et pratiques
Nouveau système
Analyse économique

En amont du groupe de travail d’agriculteurs, un conseiller est venu aider Julien Degry à formuler sa cible :

 

Remarque : la cible de Julien n’est pas une cible classique. Sa difficulté principale est organisationnelle alors qu’habituellement une cible vise plutôt à traiter une difficulté technique. La difficulté technique est tout de même traitée dans la partie objectifs. La cible est donc constituée de deux contraintes plutôt que d’une contrainte et d’un objectif. La deuxième contrainte n’est d’ailleurs pas chiffrée.

Cet exemple montre bien qu’il n’est pas évident de construire une cible qui corresponde bien aux attentes et qui soit construite de façon à pouvoir évaluer facilement la pertinence d’un nouveau système.

Un groupe de six agriculteurs a travaillé sur la problématique de Julien Degry. Dans un premier temps, ils ont réfléchi aux complémentarités à développer pour atteindre son objectif. Dans un second temps, ils ont balayé l’ensemble des solutions envisageables (pratiques ou moyens), puis ils ont sélectionné (en gris dans le tableau) les plus pertinentes et défini leurs modalités :

 

Remarque : les agriculteurs ont également recherché des solutions pour limiter la charge de travail, ils lui ont proposé les pistes suivantes :

  • Embaucher deux salariés
  • Ne plus récolter les intercultures
  • Passer en TCS (techniques culturales simplifiées)
  • Développer l’entraide avec son voisin et/ou déléguer une partie des travaux

Les six agriculteurs en charge de la réflexion sur le système de Julien Degry ont conçu un nouveau système incluant les pratiques complémentaires. Pour cela ils ont défini la constitution du système, son fonctionnement et ses productions. La synthèse de ce travail est présentée dans le schéma de fonctionnement suivant :

Analyse du nouveau système proposé :

Une partie seulement de la cible de Julien Degry est atteinte par le nouveau système. En effet, l’introduction de la prairie temporaire dans la première rotation implantée précocement et l’augmentation du nombre de cultures de printemps par rapport aux cultures d’hiver dans la seconde rotation font baisser respectivement de près de dix points et quinze points le risque en vulpins et ray-grass (d’après l’outil OdERA).

Les pistes pour limiter le travail étaient quant à elles plutôt d’ordre organisationnelles. Elles n’ont pas pu être intégrées à la description du fonctionnement technique de l’exploitation. Ce qui explique pourquoi le nouveau système ne répond pas au besoin de limiter la charge de travail.

A l’issue de la conception du nouveau système, le calcul de la marge brute globale et l’estimation des investissements permettent d’en analyser la pertinence. Ces analyses économiques sont réalisées a partir des données initiales de l’exploitation et de références régionales de prix, elles n’ont pas vocation à être exactes mais à donner un ordre d’idée :

Calcul du gain de marge brute globale :

INVESTISSEMENTS :

La mise en place du nouveau système nécessite la construction de deux nouveaux silos pour stocker l’ensilage d’herbe issue de la prairie temporaire.

L’ordre de grandeur de prix pour un silo couloir bétonné de 2,5 m de hauteur, 10 m de large et 30 m de long est de : 30 000 €.***

L’investissement total nécessaire pour les nouveaux silos serait donc de l’ordre de 60 000 €.

***Référence Chambres d’Agriculture des Hauts-de-France 2013

LE REGARD DE JULIEN DEGRY SUR LE SYSTÈME PROPOSE PAR SES PAIRS :

Malgré la prise en compte partielle de l’objectif de Julien Degry, ces résultats économiques l’ont conforté dans son intérêt pour le système proposé par le groupe de pairs. En effet, ce système permet d’améliorer la gestion des adventices et d’augmenter l’autonomie alimentaire tout en présentant un bilan économique neutre.

Les pratiques que Julien Degry souhaitait mettre en œuvre à ce stade étaient : l’insertion de 10 ha de prairies temporaires, l’utilisation de maïs grain pour équilibrer les rations et la diminution du maïs au profit du méteil. Toutefois, l’introduction de ces nouvelles pratiques était conditionnée à la construction de deux nouveaux silos, prévue dans les deux années suivant l’étude.