logo cultures elevage 4
bandeau cce
BLOC FIXE FICHE DOMINIQUE-1
Cible à atteindre
Stratégies et pratiques
Nouveau système
Analyse économique

En amont du groupe de travail d’agriculteurs, un conseiller est venu aider Dominique Sénécat à formuler sa cible :

 

 

Un groupe de travail constitué de 8 participants (agriculteurs, conseillers agricoles et étudiants) a travaillé sur la problématique de Dominique Sénécat. Dans un premier temps, ils ont réfléchi aux complémentarités à développer pour atteindre son objectif. Dans un second temps, ils ont balayé l’ensemble des solutions envisageables (pratiques ou moyens), puis ils ont sélectionné (en gris dans le tableau) les plus pertinentes et défini leurs modalités :

Les participants au groupe de travail ont conçu un nouveau système incluant les pratiques complémentaires. Pour cela ils ont défini la constitution du système, son fonctionnement et ses productions. La synthèse de ce travail est présentée dans le schéma de fonctionnement suivant :

Analyse du nouveau système proposé :

Une partie seulement de la cible de Dominique Sénécat est atteinte par le nouveau système. La quantité d’unités fourragères produites sur l’exploitation n’est que de 7 500 UF/ha tandis que la cible était de 10 100 UF/ha. Le groupe d’agriculteurs a préféré assurer la sécurité fourragère en se passant totalement de maïs et en achetant plus de pulpes de betteraves. Le nouveau système nécessite de diminuer la taille du troupeau allaitant au profit de l’autonomie alimentaire du troupeau laitier.

A l’issue de la conception du nouveau système, le calcul de la marge brute globale et l’estimation des investissements permettent d’en analyser la pertinence. Ces analyses économiques sont réalisées à partir des données initiales de l’exploitation et de références régionales de prix, elles n’ont pas vocation à être exactes mais à donner un ordre d’idée :

Calcul du gain de marge brute globale :

* Les références de charges en cultures sont tirées des données de l’AS60, moyennées sur 5 ans (2012 à 2016)  **Les références de prix des aliments achetés sont tirées des données du réseau Inosys des Hauts-de-France, moyennées sur 5 ans (2012 à 2016)

Investissements :

Le nouveau système ne nécessite pas d’investissements.

Primes et subventions* :

Le nouveau système permet d’accéder à une prime « lait à l’herbe » auprès de la laiterie de 15 €/1 000 l, soit un total de 4 950 € /an.

Ce système permet également la contractualisation à une MAE système de polyculture-élevage qui s’élèverait à 9 040 € /an.

* Données 2017

Le regard de Dominique Sénécat sur le système proposé par ses pairs :

Dominique Sénécat était plutôt satisfait par le système proposé. Il permet bien une gestion plus sereine des fourrages sans dégrader le revenu. Deux points ne le satisfaisaient pas tout à fait. Le premier concerne l’atelier allaitant, l’engraissement des jeunes bovins lui semblait plus rentable que de les vendre en broutards. Le second concerne la gestion des effluents, Dominique Sénécat évitait les apports sur prairies et prairies temporaires pour maximiser la présence des légumineuses, le passage à un système quasiment tout herbe remet en cause cette stratégie.

Bien que ce système semblait cohérent à Dominique Sénécat, il n’était toujours pas satisfait du revenu dégagé, une réflexion supplémentaire semblait donc nécessaire sur la valorisation des produits de l’exploitation.