logo cultures elevage 4
bandeau cce
IMAGINER_Infographie_V1

 

 

SOMMAIRE

 

 

 

DES ÉTUDES CONSTRUITES PAR DES COLLECTIFS D'AGRICULTEURS

Cette méthode permet de tester sur le papier l’intérêt des pratiques envisagées avant de mettre en place des modifications sur une exploitation.

15 agriculteurs en région se sont fait aider par leurs pairs pour imaginer de nouveaux systèmes qui répondent à leurs objectifs.

Ce travail était inclus dans une démarche d’accompagnement complète qui leur a permis de mettre en place des changements sur leurs exploitations.

Pour en savoir plus sur la démarche complète, retrouvez tous les éléments sur la page Accompagner

 

Les cinq exemples suivants permettent de comprendre comment mettre en place l’étude de projet en quatre étapes :

Vincent Delargillière souhaitait réduire au minimum ses achats d’intrants

 Synthèse de l'étude de projet proposée par le groupe à Vincent Delargillière

 

Cliquez ici pour voir le détail des 4 étapes de l’étude de projet

Laurent Evrard cherchait à améliorer la marge de son atelier d’élevage

Synthèse de l'étude de projet proposée par le groupe à Laurent Evrard

Cliquez ici pour voir le détail des 4 étapes de l’étude de projet

Dominique Sénécat cherchait à sécuriser son système fourrager

Synthèse de l'étude de projet proposée par le groupe à Dominique Sénécat

Cliquez ici pour voir le détail des 4 étapes de l’étude de projet

Julien Degry avait des difficultés à limiter le développement d’adventices

Synthèse de l'étude de projet proposée par le groupe à Julien Degry

Cliquez ici pour voir le détail des 4 étapes de l’étude de projet

Romain Petit se demandait comment valoriser au mieux ses effluents après agrandissement

Synthèse de l'étude de projet proposée par le groupe à Romain Petit

Cliquez ici pour voir le détail des 4 étapes de l’étude de projet

 

QUATRE ÉTAPES POUR IMAGINER UN NOUVEAU SYSTÈME

Les complémentarités cultures et élevage peuvent être mobilisées pour répondre à un certain nombre de difficultés rencontrées par les exploitations d’aujourd’hui : fluctuation des prix des intrants, impact des aléas climatiques sur la sécurité fourragère, dégradation de la fertilité des sols ou encore développement de bio-agresseurs. Pour autant, il n’existe pas de système unique, de paquet technique qui conviendrait à toutes les exploitations. Au contraire, chaque situation nécessite l’identification des complémentarités qui lui sont appropriées. Une étude de projet en quatre étapes est proposée ici pour permettre cette identification :

1. Déterminer une cible à atteindre

Cette étape consiste à définir la cible que l’on souhaite atteindre.

 

Qu’est-ce qu’une cible ?

Une cible est une formulation synthétique de ce que l’on cherche à atteindre, elle est composée d’un objectif de production sous contrainte d’un moyen de production. L’objectif de production est un état du système que l’on juge satisfaisant. La contrainte est une limite que l’on s’impose sur les moyens à mettre en œuvre pour atteindre l’objectif.

 

Pourquoi chercher à formuler une cible ?

Une cible est un outil très efficace pour repenser le fonctionnement de son système de production. Elle fournit un cadre à la recherche de solutions et donne un cap à atteindre par les changements envisagés.

* La liste des difficultés rencontrées proposée correspond aux difficultés pour lesquelles la communauté scientifique s’accorde sur le fait que les complémentarités peuvent avoir un impact positif. D’autres difficultés pourraient être envisagées parmi lesquelles : la santé animale et la gestion de la main d’œuvre. Mais l’impact des complémentarités est alors plus controversé.

Pour en savoir plus sur la méthode permettant de formuler un objectif à atteindre pour imaginer des changements de systèmes, vous pouvez télécharger la fiche méthode de la démarche Coll'Innov ici : Fiche méthode « Formuler sa cible »

2. Identifier la stratégie que l’on souhaite poursuivre et les pratiques de complémentarité cultures-élevage qui la favorise

Une fois que l’on a défini sa cible, il faut choisir parmi toutes les stratégies possibles, celle(s) que l’on souhaite mettre en œuvre pour l’atteindre.

La mise en œuvre ou l’intensification d’interactions complémentaires entre cultures et élevage est une stratégie de production possible. A cette étape nous vous proposons donc de choisir les complémentarités que vous souhaitez travailler ainsi que les pratiques qui permettent de les mettre en œuvre ou intensifier.

Dans le tableau suivant la liste des complémentarités correspond à celles qui ont été travaillées au sein du projet « Complémentarités cultures et élevage »  (pour en savoir plus sur la classification des complémentarités, retrouver la fiche sur la page Connaître) :

 

3. Agencer les pratiques pour imaginer un nouveau système cohérent qui réponde à la cible

Cette étape consiste à définir les caractéristiques techniques et le fonctionnement du nouveau système comprenant les pratiques qui ont été sélectionnées précédemment.

Le schéma ci-dessous synthétise les caractéristiques et fonctions d’un système de polyculture-élevage qui peuvent être impactées par l’introduction de nouvelles pratiques :

Le nouveau système doit être confronté à la cible pour vérifier qu’il permet bien de l’atteindre.

4. Evaluer les impacts économiques du nouveau système

Cette étape a pour objectif de vérifier la viabilité économique du nouveau système en complément de la vérification de son atteinte de la cible à l’étape précédente. Nous proposons d’estimer les investissements et de faire un bilan partiel (voir schéma simplifié ci-dessous).

Ces calculs économiques simplifiés n’ont pas vocation à être prédictifs mais à donner une idée de la tendance et donc de l’intérêt ou du risque économique porté par le nouveau système.

Pour en savoir plus sur la méthode du bilan partiel, vous pouvez télécharger la fiche méthode de la démarche Coll'Innov ici : Fiche méthode « Calculer le gain de marge brute globale d'une étude de projet »

QUELQUES RESSOURCES POUR DEVELOPPER LES COOPÉRATIONS ENTRE EXPLOITATIONS

L’étude de projet en quatre étapes reste une méthode intéressante pour s’assurer de l’intérêt d’une coopération entre exploitations à l’échelle de l’un des systèmes de production. Mais cette étude n’est pas suffisante, bien souvent une réflexion collective est nécessaire, en particulier sur les aspects réglementaires et de contractualisation. D’autres projets ont produit des ressources sur ce sujet voici des liens dédiés à ces questions :

La page dédiée au projet CEREL

Le catalogue des outils du réseau FNAB pour favoriser les échanges directs entre éleveurs et polyculteurs

Le cahier technique de la CAB des Pays de la Loire – Des échanges pour cultiver l’autonomie des fermes bio

Banque d’échange de fourrages entre polyculteurs et éleveurs bio