SOLéBIOM : Evaluation de prototypes de systèmes de grande culture orientés vers la production de biomasse, vis-à-vis de la préservation du bilan de carbone organique des sols à long terme (2013-2016)

Pour alimenter la bioraffinerie du futur basée sur la valorisation des lipides et des matériaux lignocellulosiques, les systèmes de culture doivent permettre de produire des matières végétales adaptées à ces filières (chimie verte, bioénergie), tout en limitant la concurrence avec les débouchés alimentaires et en répondant aux enjeux de durabilité environnementale, économique et sociale. Ces nouveaux débouchés constituent pourtant un risque de diminution des stocks de matières organiques des sols (MOS) et donc de fertilité du fait des exportations importantes de biomasse, encore mal pris en compte à ce jour. D’un autre côté, ils peuvent constituer une opportunité pour mettre au point des systèmes de culture mixtes (produisant des ressources alimentaires et non alimentaires) et durables du fait de la diversification et de la complémentarité des espèces cultivées.

SOLéBIOM : Evaluation de prototypes de systèmes de grande culture orientés vers la production de biomasse, vis-à-vis de la préservation du bilan de carbone organique des sols à long terme (2013-2016)

Enjeux

Pouvoir proposer des systèmes de culture comportant des cultures d’oléagineux, qui, à la fois :

  • produisent une quantité importante de biomasse alimentaire ou non alimentaire,
  • optimisent les impacts environnementaux, notamment les émissions de GES
  • préservent ou développent la fertilité des sols, en particulier l’Etat organique des sols

 

Finalités

Mettre au point une approche évaluative (outils, méthodes) des systèmes de culture, intégrant des oléagineux et des cultures ligon-cellulosiques sur leurs effets sur les stocks de matières organiques à long terme sur leurs effets sur les stocks de matières organiques à long terme et sur leurs impacts environnementaux et agronomiques associés.


Objectifs

  • Étendre le domaine d’application et la qualité prédictive du modèle AMG (Action 1) pour l’adapter aux systèmes de culture français. L’amélioration du paramétrage du modèle prévoit :
    – L’intégration de nouvelles cultures d’intérêt
    – L’affinement du paramétrage des cultures actuellement prises en compte
    – L’intégration des dernières avancées scientifiques sur l’effet des produits organiques.
  • Mettre au point des règles d’interprétation des résultats de simulation du modèle (Action 2) dans sa nouvelle version pour comparer des prototypes de systèmes de culture d’intérêt.

 

Sorties attendues

Une nouvelle version du modèle AMG (pour fin 2017), enrichie aux plans :

  • du paramétrage des espèces cultivées prises en compte
  • du paramétrage de la valeur agronomique Carbone des produits résiduaires organiques
  • de la prise en compte affinée des effets des facteurs du pédoclimat et du travail du sol.

Une caractérisation rigoureuse de l’état organique initial de sites d’essais de longue durée permettant d’assurer la qualité des résultats des simulations faites à partir de ces essais.

Des règles d’interprétation des résultats de simulations, fonction des objectifs d’évaluation, complétant les travaux déjà réalisés dans le cadre du projet GCEOS d’Agro-Transfert (2018).

Et, fondée sur les acquis précédents, la formalisation de stratégies de gestion des résidus de culture dans les systèmes alimentant les bioraffineries.

 

Bénéficiaires

Les sorties du projet bénéficieront directement aux partenaires du projet, pour l’évaluation et la re-conception de systèmes de culture adaptés aux filières du secteur « Bioraffinerie », mais également à tous les utilisateurs du modèle AMG au travers des outils dérivés (tels que Simeos-AMG).

Acteurs impactés par les travaux

Les acteurs des filières de valorisation des biomasses agricoles : agriculteurs producteurs, coopératives, structures de transformation des biomasses, conseillers agricoles impliqués.
Et plus largement, tous les bénéficiaires habituels ou nouveaux de conseils ou de résultats d’études s’appuyant sur la mise en œuvre du modèle AMG.

Articulation avec d’autres projets

Concernant le modèle AMG : Le projet SOLéBIOM s’inscrit parmi les activités coordonnées par le consortium AMG. A ce titre, il bénéficie des avancées du projet Casdar AMG et Réseau PRO, notamment. D’autre part, ses sorties enrichiront l’outil de simulation SIMEOS-AMG. Des liens sont établis avec le projet CSOPRA (AàP REACCTIF PIVERT).

En lien avec la conception et l’évaluation de systèmes innovants : Les systèmes de culture qui servent de base de travail à l’action 2 du projet seront empruntés ou fortement inspirés des systèmes de culture conçus dans le cadre des projets SYPPRE1, AUTO’N et Réseau de Sites IAR. En retour, l’évaluation de ces systèmes de culture faite dans le cadre de SOLéBIOM bénéficiera à ces projets.

Documents téléchargeables

Contacts

Annie Duparque
a.duparque@agro-transfert-rt.org
03 22 85 75 89

 

Partenaires

SOLéBIOM : Evaluation de prototypes de systèmes de grande culture orientés vers la production de biomasse, vis-à-vis de la préservation du bilan de carbone organique des sols à long terme (2013-2016)
SOLéBIOM : Evaluation de prototypes de systèmes de grande culture orientés vers la production de biomasse, vis-à-vis de la préservation du bilan de carbone organique des sols à long terme (2013-2016)

Financeurs

SOLéBIOM : Evaluation de prototypes de systèmes de grande culture orientés vers la production de biomasse, vis-à-vis de la préservation du bilan de carbone organique des sols à long terme (2013-2016)
SOLéBIOM : Evaluation de prototypes de systèmes de grande culture orientés vers la production de biomasse, vis-à-vis de la préservation du bilan de carbone organique des sols à long terme (2013-2016)
SOLéBIOM : Evaluation de prototypes de systèmes de grande culture orientés vers la production de biomasse, vis-à-vis de la préservation du bilan de carbone organique des sols à long terme (2013-2016)
SOLéBIOM : Evaluation de prototypes de systèmes de grande culture orientés vers la production de biomasse, vis-à-vis de la préservation du bilan de carbone organique des sols à long terme (2013-2016)