Le laiteron des champs (Sonchus arvensis)

Le laiteron est rencontré dans de nombreuses cultures, notamment celles semées et récoltées tardivement, comme les légumes de plein champ, la pomme de terre ou le maïs. Les moyens disponibles pour une gestion efficace du laiteron sont principalement mécaniques.

Laiteron vivace

CONTACT

Claire Cros
03 22 85 35 21
c.cros@agro-transfert-rt.org

Biologie
Leviers de Gestion
Expérimentations en Hauts-de-France
Enquêtes
Autres ressources

Habitat

Types de sols : Le laiteron des champs est favorisé par les sols riches et humides mais est présent dans tous les types de sols. Il est assez exigeant en eau et éléments nutritifs. Il est moins présent en sols caillouteux.

Cultures : Le laiteron des champs est plus problématique en cultures de printemps, en particulier dans les cultures qui sont semées et récoltées tardivement comme la pomme de terre ou le maïs.laiteron des champs envahissant

Caractéristiques biologiques

Laiteron -céréaleLe laiteron des champs possède des tiges à port dressé s’élevant jusqu’à 1,5 m. Ses feuilles sont découpées et légèrement dentées, mais ne sont pas piquantes. La tige du laiteron contient du latex, un liquide bien blanc qui apparaît au niveau des blessures de la plante. De la famille des astéracées, le laiteron est également caractérisé par des fleurs jaunes, réparties aux extrémités des tiges, qui produisent des graines à aigrettes plumeuses.

Le système racinaire du laiteron est superficiel, mais concurrentiel. La majorité des racines du laiteron sont situées entre 5 et 15 cm de profondeur.

Ne pas confondre avec le laiteron rude :

Cette sous-espèce de laiteron possède des feuilles très dentées et épineuses, légèrement piquantes.

Le laiteron rude est également reconnaissable à ses oreillettes situées à l’insertion des feuilles.

 

Cycle de reproduction

> Reproduction par les graines

La reproduction par les graines est un mode de multiplication peu employé par le laiteron.

  • Période de levée : Printemps (germinations rares)
  • Profondeur de germination : < 3 cm
  • Mode de levée : groupé
  • Quantité de semences produites : 500 à 13 000 graines
  • Durée de vie des graines : jusqu'à 5 ans

 

> Reproduction végétativerhizome laiteron

Multiplication végétative : Le laiteron se reproduit principalement par multiplication végétative, grâce à ses drageons. La majorité des drageons se forme à partir de bourgeons situés à moins de 10 cm de profondeur, mais la production de tiges par les bourgeons est possible jusqu’à 25 cm de profondeur.

Régénération des fragments racinaires : Le laiteron est capable de se régénérer à partir du stade 4 feuilles, avec des fragments racinaires d’une taille minimale de 2,5 cm.

 

Stockage des réserves racinairesstade 4 feuilles laiteron

A partir du stade 4-6 feuilles, les pousses de laiteron ne dépendent plus des réserves racinaires et deviennent autonomes en énergie grâce à la photosynthèse réalisée par les feuilles.

Pour épuiser les réserves racinaires du laiteron, les interventions mécaniques doivent être réalisées avant que le laiteron ait atteint le stade 4-6 feuilles.

Le laiteron entre en dormance entre mi-septembre et mi-novembre. Il est inutile de mettre en place une stratégie d’épuisement en cette période, car peu de pousses émergent et les interventions seraient inefficaces. Une reprise de la production de tiges aériennes est observée dès la fin de la période de dormance.

 

Références bibliographiques :

ANDERSSON L., BOSTRÖM U., FORKMAN J., HAKMAN I., LIEW J., MAGNUSKI E. ; 2013. Sprouting capacity from intact root systems of Cirsium arvense and Sonchus arvensis decrease in autumn. Weed Research, n°53, p.183–191.

BOND W., DAVIES G., TURNER R.J. ; 2007. The biology and non-chemical control of perennial sow-thistle (Sonchus arvensis L.).

HÅKANSSON S.; 2003. Weeds and Weed Management on Arable Land: An Ecological Approach.

LEMNA W.K., MESSERSMITH C.G.; 1990. The Biology of Canadian Weeds. 94, Sonchus Arvensis L. Canadian Journal of Plant Science, n°70, p.509–532.

POUSSET J. ; 2003. Agricultures sans herbicides.

TAVAZIZA V.J. ; 2012. Effects of competition on compensation point and phenological development in Sonchus arvensis L. Mémoire de fin d’études : Swedish University of Agricultural Sciences, Uppsala.

WEILL A., CLOUTIER D., DUVAL J. ; 2005. Moyens de lutte au laiteron des champs (Sonchus arvense) en production biologique.

Cultures concurrentielles

Luzerne

Comme pour le chardon, l’implantation d’une luzerne permet de maîtriser le laiteron. La luzerne concurrence le laiteron notamment pour l’accès au potassium (K), pour lequel le laiteron est exigeant. Les prairies temporaires de légumineuses et graminées, fauchées 3 fois par an, sont également efficaces.

Étouffement par des cultures annuelles

Il peut être intéressant de combiner la fragmentation des racines de laiteron (voir Travail du sol d’interculture) avec l’implantation d’une culture concurrentielle, semée le seigle ou le chanvre.

Étouffement par des couverts d'interculture

Le semis de trèfle blanc ou de trèfle violet sous couvert de céréales permet de limiter le développement du laiteron.

 

Travail du sol d’interculture

Déchaumages successifs

1) Stratégie d’épuisement

Après un premier passage, les déchaumages suivants doivent être déclenchés avant que laiteron des champs ait reconstitué ses réserves (4-7 feuilles).

Un meilleur contrôle est observé quand les fragments racinaires formés sont de petite taille, d’où l’importance d’utiliser des outils à dents chevauchantes ayant un bon recouvrement (voir fiche Moyens de gestion curatifs du chardon des champs).

Il n’est pas nécessaire de travailler profond (10 cm), car les interventions les plus superficielles semblent les plus efficaces.

Résultats d'essais au champ :

Essai laiteron Melander et al, 2012

Essai laiteron Weill, 2005résultats essais Weill, 2015

Dans le contexte du Québec, la réalisation d’un déchaumage en juin semble efficace.

Le laiteron entre en dormance en fin d’été et jusqu’à mi-novembre. Les déchaumages réalisés pendant cette période ne sont pas efficaces pour le maîtriser. Si un labour ou un déchaumage est effectué pendant cette période, la fragmentation des racines va produire de nouvelles pousses au printemps suivant et contribuer à l’épuisement du laiteron.

 

2) Stratégie d’extraction

Les racines du laiteron se fragmentent facilement, en particulier en sols lourds, ce qui rend difficile leur extraction.

L’extraction des racines de laiteron n’est donc pas envisageable, car elle est peu efficace.

 

Labour

L’enfouissement des fragments racinaires du laiteron par un labour (même à 15 cm) permet d’améliorer le contrôle du laiteron.

Le labour a plus d’effet sur le laiteron lorsqu’il est réalisé au printemps plutôt qu’à l’automne.

 

Références bibliographiques :

BRANDSÆTER LO, GOUL THOMSEN M, WAERNHUS K, FYKSE H, 2012. Effects of repeated clover undersowing in spring cereals, and stubble treatments in autumn on Elymus repens, Sonchus arvensis and Cirsium arvense. Crop protection, 32, p.104-110.

BOND W., DAVIES G., TURNER R.J. ; 2007. The biology and non-chemical control of perennial sow-thistle (Sonchus arvensis L.).

HÅKANSSON S, 1982. Chapter 11: Multiplication, growth and persistence of perennial weeds. In: HOLZNER W, NUMATA M, 1982. Biology and ecology of weeds.

MELANDER B, HOLST N, RASMUSSEN IA, HANSEN PK, 2012. Direct control of perennial weeds between crops – Implications for organic farming. Crop Protection, 40, p.36-42.

PEKRUN C, CLAUPEIN W, 2006. The implication of stubble tillage for weed populations dynamics in organic farming. Weed Research, 46, p.414-423.

VANHALA P, LÖJÖNEN T, HURME T, SALONEN J, 2006. Managing Sonchus arvensis using mechanical and cultural methods. Agricultural and Food Science, 15,p.444–458.

WEILL A. ; 2015. Effet de la jachère de printemps sur la répression du chardon, du laiteron et du tussilage. Colloque Bio pour tous !, Canada, 6 mars 2015.

 

 

Effet des outils de déchaumages

Démonstration du 26 aout 2020

Cette démonstration avait pour objectif d'évaluer l’efficacité de différents outils de déchaumages pour maitriser le laiteron.

Elle a été coorganisée par Alain Lecat (Chambre d’Agriculture de la Somme), Claire Cros (Agro-Transfert Ressources et Territoires) et Kevin Tamboise (CUMA Bio Territoires).

Le scalpeur TG de Treffler, le Demeter d'Acticol avec ailettes et le Kvick-Finn ont fait l'objet d'une démonstration dynamique.

L'effet des 6 outils a été comparé via l'observation de profils de sol.

Vous trouverez ici en téléchargement :

  • Les fiches sur la biologie du laiteron et les résultats d'un essai similaire mené au Québec
  • Le récapitulatif des outils testés
  • Le compte-rendu complet de l'essai avec les comptages de pieds réalisés 1 semaine après le passage des outils

Effet des outils de déchaumage sur le laiteron

Récapitulatif des outils testés

Compte-rendu des comptages de laiteron

Fiche biologie + essai d'outils de gestion du laiteron au Québec

Synthèse des enquêtes sur les facteurs favorisant le Laiteron des champs et sur les leviers de gestion potentiels

Enquêtes réalisées par Agro-Transfert et par les élèves de l’école d’ingénieur JUNIA en 2020 et 2021, auprès des producteurs biologiques des Hauts-de-France.

Partenaires

bandeau partenaires projets AB