Nous recrutons ! Un.e chef de projet protéines végétales et bioéconomie

Agro-Transfert RT est un centre de R&D agronomique à l’interface de la Recherche, des Chambres d’Agriculture, des coopératives, des agriculteurs et des entreprises des Hauts-de-France. La raison d’être d’Agro-Transfert RT depuis 30 ans, est d’accélérer le processus d’innovation agricole vers la durabilité, la sobriété et l’autonomie des agriculteurs et de leurs filières, en faisant travailler sur des objectifs communs tous les maillons de la chaine de R&D. Pour cela, nos projets sont conduits sous forme de consortiums opérationnels.

Travailler à Agro-Transfert RT, c’est intégrer une équipe de taille humaine, aux compétences reconnues en France, dans une ambiance motivante, décontractée et créative. C’est partager des valeurs fortes d’innovation et de neutralité au service de la transition agricole. C’est multiplier les contacts, du chercheur à l’agriculteur et bénéficier d’un encadrement scientifique réputé.

Pour renforcer notre équipe « Bioéconomie sur les territoires », dédiée à l’innovation en matière d’émergence et d’animation de nouvelles filières, d’évaluation/optimisation des systèmes de production et de création de chaînes de valeur, nous cherchons un.e chef.fe de projet.
L’équipe développe depuis plus de 10 ans une expertise sur l’accompagnement au développement des filières sur les territoires (http://www.agro-transfert-rt.org/filabiom/). Cette expertise est aujourd’hui mobilisée dans l’évaluation des gisements agricoles sur les territoires et pour accompagner le développement des filières protéines végétales notamment (http://www.agro-transfert-rt.org/projets/proteines-vegetales/).

Les atouts des légumineuses (protéagineux, légumineuses fourragères, légumes secs…) pour les systèmes de culture et les régimes alimentaires ne sont plus à démontrer. Cependant, ces cultures représentent moins de 2 % de la sole agricole française alors même que plus de 50 % de la consommation nationale (alimentation humaine et animale) est importée. Agro-Transfert co-anime depuis 2021 une initiative régionale visant à relocaliser ces productions en région Hauts-de-France, en apportant sa dimension Recherche-Innovation. Un premier travail a permis d’identifier les différents freins et actions prioritaires à mener, ce qui a permis de lancer deux projets partenariaux de R&D auxquels participe Agro-Transfert : FiLoLéG (Innovations végétales et agricoles pour relancer la production de légumineuses graine) et PROFIL (Nouvelle voie de valorisation locale du champ à l’assiette des protéines végétale régionale).

Missions du poste proposé :
Le(la) chef(fe) de projet recruté(e) viendra renforcer l’équipe bioéconomie, sous la responsabilité de la chargée de mission, pour piloter des projets et prendra d’abord en charge le suivi des actions protéines végétales durant l’absence de l’actuelle cheffe de projet. Il/elle se verra confier les missions suivantes :
- Coordonner les actions d’Agro-Transfert dans les projets de l’axe, encadrer le travail de l’ingénieure d’étude, participer au montage technique et financier des futurs projets,
- Participer à l’animation de la dynamique régionale autour des filières de la bioéconomie. Identifier et interagir avec les partenaires des projets. Recueillir leurs attentes et leurs besoins,
- Construire l’accompagnement technique personnalisé de porteurs de projets agricoles ou agroalimentaires en interaction avec les partenaires des projets. Participer à des journées d’apports de connaissances, entretiens individuels, récolte de données initiales et cadrage des évaluations multicritères des filières.
Projets prévus en 2023-2024 : Remplacement de la chargée de projet Protéines durant son congé parental d’un an. Missions évolutives ensuite vers d’autres projets liés au développement de la bioéconomie en région, mobilisant les mêmes compétences en accompagnement, animation et évaluation des filières.

► Profil :
- Niveau ingénieur/ Master en agronomie ou agroalimentaire
- Première expérience souhaitée. Des compétences en pilotage de projet seraient un plus.
- Connaissances sur les filières de la bioéconomie et de ses acteurs
- Rigueur, capacités d’adaptation, d’analyse et synthèse, autonomie, goût pour le contact
- Permis B obligatoire

► Conditions de travail :
- CDI à partir de mars 2023 si possible – statut cadre
- Encadrement technique et scientifique réputé. Poste à fort potentiel d’acquisition de compétences.
- Ambiance de travail dynamique et décontractée
- Basé à Estrées-Mons (80) ou Arras (62), déplacements en région (véhicule de service)
- Rémunération annuelle proposée selon expérience : 30-33 k€
- Avantages : cantine, chèques vacances, mutuelle, Plan d’Épargne Inter-entreprises, télétravail 2 j/semaine en moyenne.

► Candidature :
CV et lettre de motivation à envoyer par mail avant le 13 janvier 2023 c.delame@agro-transfert-rt.org
Contact/renseignements sur le poste :
h.preudhomme@agro-transfert-rt.org

Entretiens d’embauche prévus à partir du 20 janvier 2023. Possibilité de visioconférence.

Posted in Actualités

Webinaire sur le vulpin des champs -17/03/2023

Posted in Non classé

Séminaire autour du Reliquat Début Drainage (RDD) : un partage d’expérience porteur pour GAZELLE

Posted in Gazelle

Le jeu enjeux : le brise-glace autour de la gestion de l’azote

Après un court temps de réflexion individuelle d’environ 5 minutes, chaque agriculteur est invité à décrire les 3 sujets retenus et pourquoi. L’animateur doit alors accompagner l’agriculteur à développer un maximum son ressenti, en chiffrant ou détaillant une situation précise par exemple. Ce tour de table structuré permet de recueillir l’avis de chacun et de faire émerger collectivement les enjeux prioritaires à coupler à la qualité de l’eau dans la suite de la démarche.

Les retours sur ce jeu, qui a été testé sur les 3 groupes pilotes, ont été positifs. Sur 2 des groupes, les agriculteurs ont pu choisir 3 enjeux en plus de la qualité de l’eau, considérée dès le départ comme enjeu central pour eux. Les résultats sont diversifiés et riches d’enseignements. En plus des performances agronomiques et économiques, on ressent une préoccupation autour du maintien voire l’augmentation de la teneur en matières organiques des sols. L’autonomie azotée, la limitation des pertes azotées, de meilleures connaissances sur les interactions sol-plante-climat ressortent de manière franche. Le changement climatique, la qualité de production et la biodiversité ont également été développés à plusieurs reprises.

Au-delà d’identifier les sujets à approfondir en plus de la qualité de l’eau, ce jeu permet de mettre en évidence les attentes et les freins des agriculteurs du collectif. A travers les échanges qui ont lieu lors du tour de table, les motivations du groupe émergent, tout comme les services attendus par une meilleure gestion de l’azote, permettant également d’initier la réflexion autour des objectifs de résultats à atteindre.

Ce jeu a aussi pour vocation d’illustrer que tous les enjeux sont liés ensemble. En agissant sur l’un d’eux, on a nécessairement un impact sur les autres. L’objet de la démarche est de trouver le juste compromis vertueux pour l’environnement comme pour l’agriculture du territoire.

Posted in Gazelle

Point d’étape sur l’avancée de nos groupes pilotes

Déploiement de la démarche

Le déploiement de la démarche d’accompagnement « GAZELLE » suit son court sur les 3 groupes pilotes du projet.

Plusieurs rencontres ont pu se tenir depuis le début de l’année, malgré le peu de fenêtres libres que la météo a laissé aux agriculteurs, notamment ce printemps.

Les simulations mettent en évidence des pertes moyennes entre 15 et 30 kg N-N03/ha/an. Les principales situations de pertes se situent derrière les cultures de printemps, notamment après pomme de terre et pois de conserve, après plusieurs semaines laissées en sol nu (en moyenne 51 kg N/ha/an ± σ = 24 kgN/ha/an) ; derrière les CIPAN qui pourraient être mieux optimisées (en moyenne 41 kg N/ha/an ± σ = 17 kgN/ha/an) ; ou encore derrière colza où les repousses pourraient aussi être mieux optimisées (en moyenne 41 kgN/ha/an ± σ = 24 kgN/ha/an). Une analyse est en cours pour identifier plus finement les facteurs expliquant la variabilité des pertes simulées.

Le partage de ces simulations a généré de riches moments d’échanges, de pédagogie et de questionnements. Les agriculteurs ont apprécié cette approche ludique, pertinente et adaptée à leur système pour réfléchir aux pratiques à modifier pour limiter les pertes azotées. Même si les échanges sont à poursuivre, plusieurs idées d’actions ressortent des discussions : interculture courte (quand les dates de récolte du précédent le permettent), anticipation de la date d’implantation de la CIPAN (avec test du semis à la volée avant moisson), destruction plus tardive des CIPAN (quand les conditions pédoclimatiques le permettent), repousses de colza associées à l’implantation d’une moutarde, destruction plus tardive des repousses de colza (quand la pression insecte, maladie et adventices le permettent), ou encore, adaptation de la succession de culture pour permettre une meilleure absorption de l’azote après un précédent riche.

Posted in Gazelle